Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


AVC et complications pap Djaffar Tanami

Publié par The Algerian Speaker sur 9 Novembre 2013, 12:50pm

Catégories : #Editos : let's go

Les séquelles de l’accident vasculaire ayant réduit les fonctions présidentielles à leur plus simple expression sont en train d’être aggravées par des complications politiques qui frappent tout le personnel au pouvoir. L’Algérie n’est pas loin de renvoyer l’image d’un Etat malade, décrédibilisé à l’intérieur et à l’extérieur du pays. La campagne tous azimuts lancée depuis plusieurs mois pour la reconduction du système Bouteflika à la tête de l’Etat prend une tournure pathétique. Le régime risque de s’effondrer de l’intérieur avant même de livrer la bataille électorale préparée avec les dernières énergies. Il n’avait pas la santé, à présent il n’a plus de cohésion ni de crédibilité.

Le système politique en place a montré qu’il peut «fêter» une Journée nationale de la presse en octobre et s’autoriser en novembre un acte ou une velléité de censure digne des années du parti unique. Les démarcations ou dénégations ultérieures pour sauver la face des autorités politiques sont aussi peu crédibles que les discours officiels, passés et à venir, vantant la liberté de la presse et d’expression dans le pays. Il est utopique de croire que le régime ait pu dépasser, subitement, ses archaïsmes pour entrer avec conviction dans l’ère de la modernité et de l’ouverture.

En instituant une Journée «nationale» de la presse le 22 octobre, le pouvoir n’a fait que pirater le principe universel de la liberté de la presse de la même façon, et dans la même démarche politicienne, qu’il avait permis de pirater la diffusion d’un match de football pour recueillir quelque satisfaction passagère dans les milieux juvéniles. Ephémère, également, la satisfaction télédiffusée à l’annonce de la venue en Algérie du secrétaire d’Etat américain, prévue cette semaine et annulée hier. L’annonce de cette visite faite par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, il y a une quinzaine de jours, était conçue comme un argument de poids dans le discours qui défendait les réalisations sous l’ère Bouteflika comme le retour à la paix, la stabilité et autres affirmations sujettes à caution comme le retour sur la scène internationale.

Les arguments, tout comme les mots d’esprit, vont sans doute manquer à Sellal dans ses prochaines visites de «travail» qu’il continue de concevoir comme des haltes électorales en dépit des désaveux du premier cercle présidentiel, dont le porte-voix est présentement le nouveau patron du FLN. L’AVC du Président a fini par décérébrer tout le système politique, dont les démembrements se livrent une bataille acharnée en faisant mine de soutenir un projet commun, le quatrième mandat, auquel personne ne croit. Bouteflika sera absent le mois prochain «en raison de son état de santé» au sommet sur la paix et la sécurité en Afrique qui se tiendra à Paris, apprend-on ce week-end. Et l’on continue d’affirmer que le Président sera prêt dans trois mois pour convoquer le corps électoral et se représenter à la prochaine présidentielle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents